La culture russe et les medias

La Russie, pays dont la culture est extrêmement riche, a donné au monde de grands écrivains, peintres, sculpteurs, acteurs, réalisateurs.

Le programme fédéral "Culture de la Russie" pour la période 2001-2005, approuvé par le gouvernement, est actuellement en cours de réalisation. Son coût est estimé à 49 milliards de roubles, soit environ 1,6 milliard d'euros. Il s'agit, selon l'expression du ministre de la culture Mikhaïl Chvydkoï, du "premier quinquennat culturel de la Russie du XXIème siècle", dont l'objectif principal est de préserver la culture russe, les arts et traditions nationales, ainsi que de développer le potentiel culturel pluriethnique commun. L'Etat accorde à ces fins son aide à la création artistique et réunit les conditions nécessaires pour que tous les citoyens puissent participer à la vie culturelle du pays et que toutes les couches sociales de la population aient accès aux chefs-d'oeuvre culturels nationaux et mondiaux. Pour ce qui est du budget de la Culture, il augmentera de 37% en 2003.

 Les musées et les monuments

La Russie compte plus de deux mille musées, consacrés aux arts, à l'histoire, la littérature, la musique, au théâtre, à l'histoire naturelle et l'ethnographie. Ils accueillent plus de 75 millions de visiteurs par an.

La Galerie TretiakovLa Galerie Tretiakov, à Moscou, est le plus grand des musées d'arts plastiques russes. Elle a été fondée en 1856 par un commerçant mécène Pavel Tretiakov et possède une richissime collection d'icônes russes, y compris la célèbre "Trinité" d'Andréï Roublev. La collection d'art russe la plus riche se trouve au Musée Russe, à Saint-Pétersbourg. C'est aussi dans la ville sur la Neva que se trouve l'Ermitage, l'un des plus anciens musées de la Russie qui abrite une immense collection d'oeuvres d'art et de monuments de la culture mondiale. Le Musée des Beaux-arts Pouchkine, à Moscou, se situe juste derrière l'Ermitage pour la richesse de sa collection de peinture étrangère.

Plus de 120 monuments culturels et historiques ont déjà été restaurés dans le cadre du programme "Culture de la Russie". Citons parmi eux le musée-réserve "Le Champ de Borodino", les demeures des écrivains Alexandre Pouchkine, à Mikhaïlovskoïé, et Léon Tolstoï, à Yasnaïa Poliana. A l'occasion du 300ème anniversaire de Saint-Pétersbourg qui sera célébré en 2003, des travaux de restauration sont en cours au théâtre Marie et dans la forteresse de Saint-Pierre-et-Saint-Paul, on procède à la reconstruction de la Bibliothèque nationale russe, on construit un nouveau bâtiment pour entreposer le fond de l'Ermitage. Le ministère de la Culture coopère avec l'Eglise orthodoxe russe pour ce qui concerne la restauration de certains monuments. C'est ainsi que plus de cinquante bâtiments d'une valeur architecturale exceptionnelle sont en reconstruction dans l'archipel de Valaam, en Carélie. Parmi eux, la cathédrale de la Transfiguration du Sauveur, érigée au début du XVIIIème siècle.

 La vie théâtrale

Le théâtre a pris son envol en Russie durant les années de réformes économiques. Le pays n'avait encore jamais possédé autant de théâtres: plus de 500. Moscou, à lui seul, en compte 138, dont 68 abritent des troupes professionnelles. L'un des phénomènes marquants de la dernière période est le développement de scènes indépendantes, telles que le Centre de dramaturgie et de mise en scène de Moscou, le théâtre "Ossobniak" (Hôtel particulier) de Saint-Pétersbourg, "Loja" (La Loge) de Kémérovo, l'atelier d'art théâtral "Baby" (Les paysannes) de Tchéliabinsk. Leur réussite repose sur des collectifs unis par une conception commune, l'efficacité d'un management moderne et de nouvelles mises en scène innovantes.

Théâtre BolchoïLes théâtres classiques, eux aussi, fonctionnent avec succès dans les nouvelles conditions de l'économie de marché: ils s'intègrent activement au mouvement théâtral mondial, montent de nouveaux spectacles, réalisent des projets conjointement avec les grands théâtres étrangers, font des tournées, invitent des acteurs de renommée mondiale et des solistes exceptionnels. Le Bolchoï de Moscou en est un brillant exemple. Ce théâtre, le plus prestigieux en Russie, a réussi à accroître considérablement ses revenus grâce au sponsoring et à un management efficace. Aujourd'hui, le budget du Bolchoï n'est plus servi par l'Etat qu'à hauteur de 60%, contre 80% auparavant.

La vie culturelle du pays est riche en festivals de théâtre. La principale récompense, accordée au niveau national dans le domaine théâtral, est le "Masque d'Or". L'an dernier, le metteur en scène Piotr Fomenko en a reçu deux pour son spectacle "La guerre et la paix. Le début d'un roman". Pour la première fois, un festival de pièces contemporaines "Nouveau drame" a été organisé à Moscou. Il a permis de révéler bien des jeunes talents. Les théâtres régionaux ne sont pas en reste comme en témoigne le IVème festival des théâtres des petites villes de Russie, auquel ont participé les troupes de Bougoulma, Zlatooust, Koudymkar, Mitchourinsk, Nijni Taguil, Touapsé, Stari Oskol.

 Le cinéma russe

En 2003, plus d'un milliard de roubles supplémentaire sera accordé par l'Etat à la production cinématographique, donc le budget alloué au cinéma doublera. Il est prévu de consacrer deux tiers de cette somme à la réalisation de grands succès commerciaux, et le tiers restant au financement de réalisateurs de renom et de débutants. Des efforts considérables seront déployés aussi pour soutenir la distribution de films nationaux. L'Etat a l'intention d'ici 2005 de prendre en copropriété 230 salles de cinéma (7% de la totalité), la part des films russes distribués devant atteindre 25%.

L'art cinématographique se trouve aujourd'hui en Russie dans une phase d'essor. Aux dires du ministre de la Culture Mikhaïl Chvydkoï, la production de fictions et de dessins animés devrait s'accroître d'ici 2005 et atteindre respectivement 100 et 65 films par an. Parallèlement, la qualité des films s'améliore, les marchés de la vidéo et du DVD s'élargissent. De nouvelles salles de cinéma sont construites un peu partout dans le pays. Leur nombre a pratiquement doublé au cours des toutes dernières années. Les salles multiplexes sont en vogue.

Une fois l'an, l'élite du cinéma mondial se réunit dans la capitale russe, lors du Festival international du film de Moscou. Une quarantaine d'autres manifestations cinématographiques ont lieu chaque année dans le pays. Les plus importantes sont: le "Kinochok" d'Anapa, le "Kinotavr" de Sotchi, la "Fenêtre sur l'Europe" de Vyborg, "Vive le cinéma de Russie!" de Saint-Pétersbourg. Un nouveau prix national, "l'Aigle d'Or", institué grâce aux efforts du célèbre réalisateur Nikita Mikhalkov, est venu s'ajouter tout récemment à la traditionnelle "Nika", prix national qui compte déjà quinze ans d'existence.

Les acteurs et réalisateurs nationaux participent régulièrement aux grands Festivals cinématographiques étrangers. Ainsi, le réalisateur Andréï Kontchalovski a reçu le Grand Prix au dernier Festival de Venise pour son film "La maison de fous" et le jeune acteur Alexéï Tchadov s'est vu décerner le prix du meilleur rôle masculin lors du 26e Festival de Montréal pour sa prestation dans le film d'Alexéï Balabanov "La guerre".

 Les bibliothèques et maisons d'édition

La Russie demeure l'un des pays du monde qui compte le plus de lecteurs. La restructuration et l'agrandissement des bibliothèques existantes a conduit à une diminution de leur nombre qui est aujourd'hui de 51 000. L'affluence dans les bibliothèques publiques a pourtant augmenté de 30% et, comme de bien entendu, la plupart des lecteurs sont des jeunes.

L'informatisation de la grande Bibliothèque Nationale de Russie, qui compte plus de 43 millions de publications, nationales et étrangères, en 247 langues, est presque terminée. Un fond commun des chefs-d'oeuvre de l'édition russe est en cours de création sur la base de cette bibliothèque, la plus importante en Europe. Parallèlement, les fonds de toutes les autres bibliothèques russes continuent de s'enrichir. Les bibliothèques régionales ne sont pas uniquement aidées par l'Etat, mais également pas des structures privées. Ainsi, l'association "La Russie Ouverte", financée par la compagnie pétrolière russe Youkos, réalise conjointement avec le ministère de la Culture un projet de modernisation des bibliothèques rurales.

Dans le domaine de l'édition, la tendance qui s'est manifestée assez clairement les années précédentes se maintient: la littérature dite de masse qui dominait sur le marché des livres dans la première moitié des années 90 cède la place à une prose contemporaine de qualité. Le réseau des librairies s'élargit. La base technique de l'édition s'est consolidée après que des éditeurs privés, aussi puissants que Vagrius, Vita-Nova, Infra-M, Olmapress, Rosmen et d'autres, aient remplacé l'Etat dans ce domaine.

La XVème Foire internationale du livre de 2002 a constitué un événement important: 2 688 maisons d'édition, imprimeries et sociétés d'informatique, établissements scolaires et universitaires, bibliothèques et centres culturels de 82 pays y ont pris part. Environ 100 000 livres y ont été présentés dans les quelque 700 stands de l'exposition. Le prix "Ecrivain de l'année" a été décerné au cours de la cérémonie traditionnellement organisée lors de ce forum. Cette année, il a été remis à Daria Dontsova, auteur de romans policiers humoristiques, très populaires en Russie. Les visiteurs, plus de 300 000, ont particulièrement été attirés par les oeuvres de Boris Akounine, Viktor Pelevine, Tatiana Tolstaïa, mais aussi par les rééditions de grands classiques russes.

 Les médias et internet

Environ 21 000 journaux et plus de 10 000 revues, 2 500 compagnies de télévision privées et une centaine de chaînes publiques, ainsi que quelque 2 000 stations de radio sont enregistrés dans le pays. Pratiquement tous les grands médias russes ont leur site sur Internet. Aujourd'hui dans le pays, on compte plus de 630 publications sur la toile et leur popularité a tendance à rattraper celle des médias traditionnels. L'une des plus grandes agences d'information en Russie, RIA-"Novosti", diffuse aussi ses dépêches sur la toile.

Le développement impétueux des technologies de l'information et des télécommunications en Russie est reconnu y compris à l'étranger. Lors de la conférence "Télécommunications en Russie" qui a eu lieu récemment à Saint-Pétersbourg, des pronostics ont été avancés concernant le développement du marché russe des télécommunications qui devrait progresser de 15% par an, pour atteindre en 2004 un chiffre d'affaires de 8 milliards de dollars. C'est le marché d'Internet qui connaîtra la progression la plus rapide (jusqu'à 25%, par an). Quant aux utilisateurs du réseau mondial, ils sont aujourd'hui 8,8 millions en Russie - soit 8% de la population adulte - si l'on en croît un sondage réalisé par la Fondation "Opinion publique". Ce chiffre devrait atteindre les 26 millions, en 2010.