Bulletin d'information 9-11 novembre 2020

BULLETIN D’INFORMATION

(9 – 11/11/2020)

Une étude sur 16.000 volontaires donne une efficacité de 92% au vaccin russe Spoutnik V

11/11/2020

Le vaccin russe Spoutnik V a une efficacité de 92%, selon les données de la première analyse de la troisième phase des tests cliniques, confirme le 11 novembre le Fonds russe d’investissements directs en publiant l’information sur le compte Twitter du vaccin.

L’étude s’est portée sur plus de 16.000 volontaires dans 29 centres médicaux russes pendant 21 jours, une partie a reçu une première dose du vaccin, les autres un placebo. L’analyse statistique a porté sur 20 cas Covid confirmés, répartis dans les deux groupes.

Le vaccin avait déjà montré des résultats concluants en septembre sur un groupe de 10.000 volontaires dans les hôpitaux, parmi lesquels des médecins et des personnes issues des groupes «à risque». Selon le rapport du 11 novembre, aucun phénomène indésirable imprévu n’a été détecté. Certains patients ont présenté des effets de syndrome grippal à court terme, notamment de la fièvre, une fatigue et des maux de tête. L’observation des participants se poursuivra pendant six mois, après quoi un rapport final sera publié.

La phase 3 se poursuit actuellement dans d’autres pays, notamment en Biélorussie, au Venezuela et aux Émirats arabes unis. A ce jour, 1,2 milliard de doses du vaccin Spoutnik V ont été demandées par plus de 50 pays (Inde, Brésil, Chine, Corée du Sud, etc.). Des accords entre le Fonds russe et certains pays partenaires permettront de produire jusqu’à 500 millions de doses par an en dehors de la Russie. Le fonds souverain examine d’autres demandes de pays et d’entreprises afin d’accroître encore davantage cette capacité de production.

Plus de 40.000 Russes déjà vaccinés, 1,5 million à prévoir d’ici 2021, d'après le centre créateur du Spoutnik V

Les autorités russes s’apprêtent à mettre en place une campagne de vaccination, qui doit permettre d’inoculer le produit à au moins 1,5 million de personnes d’ici la fin de l’année, a déclaré Alexandre Guinzbourg, directeur du centre Gamaleïa, à la chaîne Rossiya 24. «Au moins 1,5 million de personnes seront vaccinées cette année. Au total, entre 40.000 et 45.000 de nos concitoyens se sont déjà fait vacciner», a-t-il précisé.

Il est prévu de produire environ 200.000 doses du vaccin Spoutnik V en novembre et 1,5 million de doses en décembre. Des chiffres qui vont dans le sens de ceux donnés par la vice-Première ministre Tatiana Golikova, qui avait déclaré que la Russie produirait deux millions de doses d'ici la fin de l'année, et jusqu’à six millions par mois à partir d’avril.


Les nouveaux contrats de Moscou en Afrique

11/11/2020

Le business russe s’installe en Afrique et s’étend beaucoup plus loin que le nord du continent. Le Président du Comité de coordination pour la coopération économique avec l'Afrique Igor Morozov, en entretien exclusif à Sputnik, une agence d’information russe, lève le voile sur des contrats déjà signés dans les secteurs de l’espace et de l’énergie nucléaire.

Initialement, la région la plus active en matière de coopération avec la Russie est l'Afrique du Nord où, depuis 10 ans, opèrent les principaux monopoles d'État liés à la production de pétrole et de gaz. Mais il est très important d’y transférer désormais les hautes technologies russes, explique Igor Morozov.

Selon le sénateur, l'Afrique a changé, et aujourd'hui le marché de la consommation n'est pas l'essentiel. En effet, l'essentiel est la transformation numérique qui s'est déroulée dans toute l'Afrique et la Russie peut y prendre sa place, car les Russes proposent des technologies informatiques, des communications ou encore la construction d'avions publics, qui peuvent être très compétitives sur le marché africain. Dernièrement, un accord important a été signé avec l’Angola.

«Nous avons signé un accord avec le gouvernement angolais sur tout le spectre de l'utilisation de nos services spatiaux. Il y a eu un effet multi-communicatif et les autres pays ont commencé à manifester un intérêt actif pour ce secteur de l'économie, plus précisément l'Ouganda, le Soudan, la RDC, la République du Congo. Nous offrirons non seulement les services commerciaux de nos entreprises privées, mais ce projet prendra la forme d'un centre aérospatial en Afrique centrale ou de l’Est, ce qui assurerait les intérêts de ce secteur de l'économie russe.»

Des centrales nucléaires et hydroélectriques

Le nord de l’Afrique ne reste plus le seul champ de coopération pour la Russie sur le continent africain, l’Afrique centrale mais aussi l’Est s’ouvrent à de nouveaux projets russes de grande ampleur. Igor Morozov lève le voile sur des contacts déjà signés ou en cours de négociation.

«Le géant de la haute technologie Rosatom, négocie avec le Rwanda un centre nucléaire comme base principale d'une future centrale nucléaire. En plus de la construction d'une centrale nucléaire en Égypte - ce sera la première centrale nucléaire du continent africain. Et aussi, il y a des négociations qui viennent de commencer en Ouganda avec notre participation sur la construction d'une centrale hydroélectrique. C’est également un projet très sérieux.»

Cette centrale hydroélectrique ne sera pas destinée uniquement à l’Ouganda, mais aussi aux pays concernés dont la population n'a pas accès à l'électricité: il s’agit de la partie orientale de la RDC, du Burundi, du Soudan du Sud. Ces pays pourront utiliser l'électricité qui sera produite par cette centrale hydroélectrique en Ouganda.

Usine de dessalement au Maroc

Par ailleurs, des négociations sont en cours au Maroc pour la construction d'une grande usine de dessalement. Le président du Comité de coordination pour la coopération économique avec l'Afrique affirme qu’à l'arrivée des hommes d'affaires russes sur le marché marocain dans ce segment de l'économie, il a immédiatement baissé les prix des appels d'offres de près de moitié.

«Auparavant, les entreprises françaises y dominaient et l'offre de la société russe à participer à l'appel d'offres a immédiatement influencé les prix. La concurrence qui naît avec l'arrivée des entreprises russes est également utile pour les pays africains.»

La tâche principale de la Russie serait d'augmenter les volumes de projets d'échanges et d'investissements, explique Igor Morozov. Selon lui les conditions sont actuellement très compétitives avec les entreprises françaises mais les Russes se présenteront à tous les appels d'offres et dans toutes les régions d'Afrique, et pas seulement en zone francophone.

Les entreprises russes devraient trouver des projets d'un niveau multidimensionnel, où elles sont présentes dans de grands projets avec des entreprises européennes, chinoises, indiennes. Le sénateur est certain que ce «format multinational de consortiums» peut marcher pour les entreprises de taille moyenne, qui s’installent désormais en Afrique.


Un premier pays s’apprête à ouvrir son consulat en Crimée

09/11/2020

Un consulat honoraire du Nicaragua ouvrira bientôt ses portes en Crimée, a annoncé à Sputnik le représentant permanent de la région auprès du Président russe, Guéorgui Mouradov.

«Un consulat honoraire du Nicaragua sera implanté en Crimée. L’ambassadeur du Nicaragua se rend dans la péninsule», a fait savoir l’officiel. 

Une première depuis 2014

La Crimée et la ville de Sébastopol ont été réintégrées par la Russie à l’issue d’un référendum tenu en mars 2014 dans le sillage de la crise politique en Ukraine consécutive au renversement du Président Viktor Ianoukovitch. Lors du scrutin, dont les résultats ne sont pas reconnus par Kiev et ses partenaires occidentaux, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie.

Le Nicaragua est l’un des sept pays du monde ayant reconnu l’appartenance de la Crimée à la Fédération de Russie.